Le “Project Debater”, dernière intelligence artificielle conçue par IBM, a été vaincu par un humain dans le cadre d’un débat filmé. Une défaite qui redonne de l’espoir quant à la place de l’humain face à cet outil qui va révolutionner les modes de travail. Au-delà des mythes de science-fiction, l’intelligence artificielle va profondément modifier notre rapport au monde, c’est un fait. Au lieu de plonger dans une réflexion métaphysique, concentrons-nous sur les applications réelles de l’IA dans l’entreprise.

Des données comme s’il en pleuvait

L’implémentation de solutions de gestion des données débute toujours avec le même objectif : la collecte. Fort de la transformation des entreprises en immenses bases de données alimentées en permanence, celles-ci possèdent un pouvoir : faire des données restructurées un diagnostic intelligible des performances de l’entreprise. Les modules de Business Intelligence permettent d’opérer un tri entre différentes données en filtrant les plus significatives et en leur apportant de la lisibilité. Le nombre et la précision des données sont les piliers de l’élaboration des décisions les plus pertinentes.

Quand le cloud met les données au service de la croissance

Aujourd’hui, une stratégie de BI, pour Business Intelligence, se doit d’être intégrée à la stratégie globale de l’entreprise et n’est plus réservée à une seule activité de niche. La transformation numérique, outre son caractère de mot-valise, concerne réellement l’intégralité de l’entreprise puisque ses nombreuses déclinaisons permettent des ajustements dans plusieurs secteurs.

C’est cette vision transversale qui permet de donner au cloud toute sa valeur, comme l’explique le rapport McKinsey : la véritable valeur du cloud se révèle lorsque les entreprises abordent l’infrastructure et les systèmes dans le cloud « non pas comme une décision tactique ponctuelle, mais comme un élément d’une stratégie holistique de transformation numérique » (source).

Tous ces apports lui confèrent également une multiplicité d’applications dans le cadre de son déploiement. Parmi ces nombreux usages, le cloud permet la gestion décentralisée au travers d’applications mobiles. Il permet également le partage de tableaux de bord avec les clients, assurant par là une visibilité permanente et partageable.

Ces insights qui permettent de prendre de meilleures décisions

Lorsque la masse de données est recueillie et que son intégration fait partie d’une stratégie globale de l’entreprise, il s’agit alors de donner ou de chercher un sens à cet ensemble de chiffres. En effet, seules les conclusions tirées des retombées chiffrées compléteront la quête vers l’objectif final (qu’il soit de nature économique, temporelle ou d’amélioration de service).

A ce moment, entre en jeu une solution logicielle capable d’analyser ces données. Celle-ci n’est pas pensée pour la prise de décision mais s’oriente vers le conseil. Pour cela, elle peut offrir une meilleure visualisation avec une interface accessible et familière pour les utilisateurs.

Différents outils possèdent ce type de fonctionnalités, dont Power BI. Cette solution Microsoft, en marge des avantage cités, se décline également en version mobile afin d’offrir une fenêtre disponible en permanence sur l’état de vos données, qu’elles concernent les ventes, les ressources humaines ou encore les prochaines opportunités commerciales qui s’offrent à vous.

D’un point de vue plus technique, pour connaître toutes les fonctions clés des solutions de Business Intelligence, c’est par ici.

L’humain : source et conclusion de la gestion des données

S’il est vrai que la gestion générale de l’entreprise est bouleversée (de manière positive) par la transition numérique et que l’ajout d’une gestion de données impose de nouveaux besoins, il convient de garder en tête la base et l’objectif de cette démarche : l’humain.

Ce fil d’Ariane permet d’éviter toute envolée vers un recueil de données produisant des services superflus et peut permettre des ajustements bienvenus lorsque les objectifs premiers sont atteints. Dans une interview donnée au Journal du Net, Florence Réal, Directrice du Recrutement chez Accenture, assure que les données recueillies lors de l’analyse des process de recrutement ont permis, non pas d’améliorer le process en lui-même, mais de diminuer les risques de pertes de bons candidats, ou encore de permettre la diversité des profils au sein de l’entreprise.

Il n’est d’intelligence que celle que l’on prête volontairement aux données. Sans nos intentions et objectifs stratégiques, elles ne peuvent rien. C’est en somme ce que rappelle Jean-Louis Dessalles dans son ouvrage à juste titre intitulé Des intelligences très artificielles. Notre transition numérique, est bien plus l’outil du prolongement de l’entreprise que l’émancipation des machines.


Vous souhaitez être un acteur de cette transition ? Essayez dès aujourd’hui Microsoft Power BI !

Pour aller plus loin :


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre prénom
Veuillez renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.